Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
D'Elles

Christiane Taubira et le vrai visage de la république

29 Juillet 2014, 15:32pm

Publié par D'Elles

La participation relativement massive des femmes aux espaces publics et politiques devient un phénomène qui étonne chaque jour. On constate dans beaucoup pays riches ou pauvres, occidentaux ou orientaux, qu’il y a une certaine crainte des présences des femmes à l’espace politique ou de pouvoir politique. Cette peur de je ne sais quoi fait qu’il suffit que l’on soit femme pour que l’on soit rejetée de la scène politique. Il est clair que, le mâle a peur de la déphallocratisation du pouvoir. Trop humains qu’ils sont, les hommes veulent à tout prix sur un certain prétexte de traditionnaliste garder le pouvoir et refusent la présence de l’autre sexe. La femme vue sous un angle symbolique est un élément gênant à la question de la politique et du pouvoir, et ce gène n’épargne pas la société cartésienne malgré sa rationalité débordée.

Née le 2 février en 1952 en Guyane précisément dans une ville appelée Cayenne, Divorcée, elle est mère de quatre enfants. Christiane Taubira est considérée comme une femme politique française, mais elle est aussi une écrivaine, auteure de plusieurs ouvrages dont les plus récents sont: Egalité pour les exclus : Mes meteores: combats politiques au long cours. (2012), paroles de libertés (2014).

Elle est députée de la Guyane, et est à l’origine de la (loi Taubira) du 10 mai 2001 qui reconnait la traitre négrière et l’esclavage pratiqués au XVe siècle comme crime contre l’humanité. Elle est actuellement ministre de justice en France depuis le 16 mai 2012. Elle est diplômée d'un 3e cycle de sciences économiques (Paris II - Panthéon Assas), de sociologie, ethnologie afro-américaine(Universités Paris IV et Paris VI) et d'agroalimentaire (CFCA de Paris et Bordeaux). Elle était professeure de sciences économiques en 1978. Cofondatrice de l'association agricole Caricoop pour la Guyane (Confédération caraïbe de la coopération agricole), elle en est la directrice générale de 1982 à 1985. Depuis 1990, elle est membre de l'OCCE-G (Office de coopération et de commerce extérieur de la Guyane), un organisme dépendant du conseil régional de la Guyane.

Qu’est ce qui cloche vraiment entre la république et Taubira ? Pourquoi Taubira fait peur ? Pourquoi la République veut l’écarter de l’espace politique quand on sait que cet écart n’est pas biologique mais politique ?

Membre du PS (Parti Socialiste) depuis 1997, Elle est nommée ministre de justice du gouvernement Ayrault le 16 mai 2012 et c’est à partir de cette date que commence le déclic. Taubira sera la cible de nombreuses critiques du FN (Front National) et de l’UMP. Garde de sceaux, elle va apporter au parlement le projet de loi ouvrant le mariage entre les personnes de mêmes sexes. Cette affaire sera un moment particulier dans sa vie politique et personnelle. En novembre 2013 la photo de la ministre a fait la couverture d’un journal de droite « minute » sur le titre « maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane ». Nous connaissons très bien la société cartésienne et ses dites valeurs républicaines. Pour la République Ce n’est qu’une expression, une figure de style, qu’il n y a rien de racisme, comme si les mots et les images étaient innocents. La ministre est plusieurs fois mineure pour la République. Taubira est une femme ! Taubira est noire ! Taubira n’est pas une française- Français, elle n’est pas une française de souche, donc Taubira étrangère ! On l’appelle souvent la candidate des mineurs.

Militante pour l’autonomie de la Guyane, opposante en 2004 au vote de la loi française sur les signes religieux dans les écoles publiques, donnant son nom à la loi française # 2001-434 votée le 10 mai 2001, qui reconnait l’esclavage et la traitre négrière comme crime contre l’humanité, Taubira a rappelé qu’il y a en outre-mer une confiscation de terres, ce qui fait qu’en général les descendants d’esclaves n’y ont guère accès. Selon elle, il faut envisager des remembrements fonciers, des politiques foncières. Donc, on ne peut s’étonner qu’un hebdomadaire français de la droite mette sur sa page de couverture un titre pareil. Titre imagé dit le journal, mais image surement politique et qu’il ne faut pas prendre à la légère nous disons. Femme courageuse, aimant la politique, parce que pour elle, tout en se référant à Hannah Arendt qui précise que la politique prend naissance dans l’espace qui est entre les hommes et traite de la communauté et de la réciprocité d’êtres différents ». Taubira aime la politique qui se mêle de la vie de la cité, la politique qui fait chevaucher l’espoir avec l’entêtement des laboureurs à contre-saison. Face à ces propos racistes elle pense que, quand les foyers de la haine se rallument dans le monde, que le racisme ressurgit en France, que les discriminations se rependent et s’étendent, les porteurs de parole publique y ont une lourde responsabilité. Une responsabilité historique et politique pour nous autres qui a connu la haine, le mépris et le racisme. Femme noire de peau, la question de la cohésion sociale et nationale réside dans le rapport de la France à la diversité de sa population et à l’égalité des droits. Quoiqu’elle vive la minorité quotidiennement elle n’est pas restée indifférente quand il s’agit de se positionner politiquement par rapport à la réalité politique de la France. Bien que pour elle « la gauche française soit de plus en plus exaspérante, de moins en moins conquérante, de plus en plus bavarde, de moins en moins généreuse, la gauche reste pour elle cette famille de pensée dont on peut, dont on doit attendre qu’elle préfère la solidarité qu’à l’égoïsme, la justice qu’à la compétition, le lien social à la méfiance ».

Avec son principe d’égalité, son utopie d’indivision, son postulat démocratique, la République a une façon bien imparfaite mais tellement séduisante de faire la société. La société cartésienne depuis son époque d’humanisme classique où il fait le triomphe du sujet unitaire, de son système phallo-logo-centrique qui pense que la femme est, selon Platon… ou si l’on veut bien un Hegel qui en observant l’homme africain voit que tout en lui est sauvagerie. Il faut bien dire qu’une personnalité comme Taubira qui occupe une poste aussi politique en France ne fait pas le plaisir de tous les français. Taubira femme, noire ! Invitée dans des cérémonies, des congrès, des dialogues, des réunions on ne peut s’entonner de voir des manifestants qui crient « Des bananes pour Taubira ! » « retourne-toi, la racaille est derrière toi ! ». Ou une gamine qui sans doute a été formée dans cette tradition judéo-chrétienne pour qui la femme est comme source du péché et le noir comme la couleur de la malédiction dans cette société trop rationnelle a déclaré par surexcitation : « la guenon mange ta banane » !

Heureusement Taubira n’a pas cédé face aux menaces, pressions psychologiques, agitations de la droite. Elle est un modèle de femme courageuse . Étrangère, noire, femme, initiatrice de la loi qui condamne l’esclavage et la traitre négrière comme crime contre l’humanité, initiatrice de loi postulant le « mariage pour tous ». Elle peut nous inspirer nous autres qui croient à toutes les luttes pour l’émancipation humaine.