Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
D'Elles

Toto Bissainte une grande figure féminine de la musique haïtienne

21 Novembre 2013, 14:00pm

Publié par D'Elles

Toto Bissainte une grande figure féminine de la musique haïtienne

Reconnue comme l’une des pratiques culturelles les plus anciennes, la musique établit un rapport étroit entre la nature et l’être humain et lui permet de mieux s’appréhender ou de se saisir. La musique est une forme de communication. Elle est tout autant une forme d’expression individuelle qu’un moyen de rassemblement collectif. Elle peut être aussi un symbole, comme l’est un hymne national pour une nation.

Née le 2 avril 1934 (année qui marque la fin de l’occupation américaine d’Haïti 1915-1934) dans la ville du Cap, Toto Bissainthe, de son vrai nom Marie-Clothilde Bissainthe, était la benjamine de sa famille. Elle a fait une brillante carrière artistique internationale en tant chanteuse. Mais, elle était également comédienne, compositrice, metteure en scène.

Toto Bissainthe quitte Haïti en 1956 pour entreprendre des études à l’étranger. Elle y débutera une carrière au théâtre, puis embrassera le cinéma et la musique. Elle fonde Le griot, la première compagnie de théâtre noire en France et joue des pièces comme Les bonnes de Jean Genet et Huit clos de Jean-Paul Sartre. Elle interprète des textes de Tiga et de Félix Morisseau-Leroy et chante également Edith Piaf, Jacques Brel, Léo Ferré. Elle développe une relation amicale avec la chanteuse et actrice québécoise, Pauline Julien et fait sa première grande apparition à l’écran dans un film de xxxxx sur le racisme.

Les chansons de Toto Bissainte sont pleines de vie et nous parle de différentes facettes d’Haïti: sa nature, sa paysannerie, ses enfants, qui veulent apprendre les mots pour vivre avant de savoir mourir, ses femmes courage. Des chansons comme Afro, Papa Dambala, Thézin, montrent combien l’artiste est restée attacher a sa terre natale malgré un éloignement de 30 ans (1956- 1986). Ce pays aimé est aussi une source de douleur, particulièrement exprimée dans la chanson Ayiti mwen pa renmen w ankò (Haiti, je ne t’aime plus). La chanson est un message sur la nécessité de lutter pour libérer ce pays nôtre de ses entraves; un pays qui n’est rien sans nous. Elle invite à refuser le mutisme collectif, les regards figés et la vaine attente du miracle.

Chanteuse rebelle aux talents multiples, Toto Bissainthe avait une présence scénique exceptionnelle. Portées par une voix percutante, qui caresse les tympans, ravive les cœurs et fouette les consciences, les chansons de Toto Bissainthe sont extrêmement attachantes. Son œuvre a grandement contribué à enrichir la musique haïtienne et à ce titre, fait partie de matrimoine culturel. Il est donc normal de retrouver Toto Bissainthe dans l’ouvrage Grandes dames de la musique haïtienne, paru en août 2013.

Les chansons de Toto Bissainthe sont malheureusement peu diffusées actuellement dans les medias. On les entend surtout dans des circonstances particulières, lorsque le pays est en proie aux tentions et aux troubles. Cependant, son souvenir reste vivace pour certains artistes. En hommage à la grande dame de la musique qu’elle fut, une troupe de jeunes musiciennes a adopté l’appellation d’Atelier Toto B. Et, d’autres se lancent sur ses traces, malgré les difficultés. Elles veulent porte porter le flambeau. On peut espérer qu’à travers leurs créations elles donneront des images valorisantes des femmes.

Sources: PublicaD'Elles vol.2 No 001

rubrique: Continuons l'histoire...